En guerre avec soi-même 
Juni 7, 2018
Se montrer et briller 
Juni 7, 2018
Zeige alles

La dimension de votre croissance 

Nous croyons qu’il existe plus dans la vie que le simple fait de se montrer, de consommer tout un tas de ressources et finalement de s’éloigner de l’abreuvoir. La dimension dans laquelle nous adoptons cette attitude limitative est généralement la dimension dans laquelle nous sommes insatisfaits de notre vie. Quand nous sommes insatisfaits, nous nous plaignons, nous ressentons la rareté et le mécontentement ; et surtout, nous enterrons cela sous une couche de victimisation et d’inertie. Nous savons qu’il s’agit d’une forme de somnambulisme dans laquelle nous pouvons facilement nous glisser et ensuite, après avoir renoncé à notre volonté, nous craignons d’être appelés à rendre des comptes. Cependant, nous n’avons pas la même réticence à demander des comptes aux autres.

Nous venons de passer un peu de temps à Isha, l’ashram de Sadhguru au Tamil Nadu, et nous n’étions certainement pas seuls. Pour nous, c’est merveilleux d’être au sein d’une communauté qui compte environ 9 millions de volontaires dans le monde entier, qui est au service du Divin et aussi sur le chemin de la croissance. Il y a beaucoup d’affiches inspirantes autour du Centre et une qui a attiré notre attention se lit comme suit : ” La dimension de votre croissance est une vérité à laquelle vous devrez faire face « .

Il y a tellement de façons de le dire. Etant un petit noyau dur, les chrétiens parlent du Jour du Jugement ; d’autres parlent de notre Karma et d’autres encore disent simplement qu’il n’y a pas de repas gratuit ! Quand des personnes malades se rendent à la clinique de santé ayurvédique à Isha pour un traitement, la première prescription est de vous donner une tâche, un travail, une contribution, car peu importe la nature de notre malaise, nous sommes encore capable de donner, sous une forme ou une autre, car cette action est plus proche de notre vraie nature que toute autre chose. Imaginez le NHS (National health Service – Service de Santé Publique en Angleterre) en train de faire ça !!!!!!!!!!!

Fondamentalement, nous avons tous besoin d’aller travailler ; nous devons travailler sur nous-mêmes, sur nos relations, sur nos carrières, sur notre intelligence émotionnelle et bien d’autres choses encore. Beaucoup d’entre nous réussissent bien dans un domaine comme la carrière et le succès, mais ensuite nous nous asseyons pour regarder en arrière, et souvent en nous sentant supérieur parce que la société a utilisé cela comme une indication de notre croissance. Mais ce n’est pas la seule dimension et le sentiment de supériorité est certainement un signe de notre manque de développement global. Dans la société britannique, nous avons obtenu de bons résultats dans le monde des affaires, souvent bien au-dessus de notre capacité, mais nous avons maintenant un problème chronique de solitude qui a incité le gouvernement britannique à nommer un ministre de la solitude. Si nous devions utiliser la solitude comme dimension de notre croissance, nous nous classerions bien en dessous de la plupart des pays du tiers monde.

Il y a beaucoup de preuves qui indiquent la folie de refuser de grandir ou même de croire qu’il suffit de faire quelques petits pas. Car nous sommes tous en voyage, un voyage vers notre vraie nature, vers notre joie, notre compassion et notre relation avec le Divin. Pour ceux qui remettent en question l’existence du Divin, imaginez qu’il s’agit de la force qui maintient le cosmos en place, empêchant le chaos et évitant que tout s’effondre sur votre tête.

Dans chaque chose vivante, il y a cette volonté, non seulement de survivre, de vivre, mais d’exceller, d’être exubérant, d’atteindre les étoiles. Reconnaissez qu’un jour vous serez évalué, non pas par un dieu vengeur, non pas par vos proches, mais par vous-même. Quelles sont les évènements de votre vie qui vous satisferaient vraiment ? A partir de ce jour, comment compterez-vous vous étirer, grandir pour ne pas être déçu lorsque cette vie aura atteint son terme.

Avec amour,

Traduction Olivier MORTARA